Dessalement

Fatima Aselouani

9 Mai, 2020

AGADIR, Maroc – Depuis quelques années, l’alimentation en eau potable dans la ville d’Agadir est devenue l’un des plus grands problèmes. En effet, d’après les données recueillies auprès de l’Office régional de mise en valeur (ORMVA) Souss Massa, le déficit d’eau potable est passé de 25 millions de m3 par an entre 1972 et 2000 à plus de 90 millions de m3 par an à fin 2014. Il devient donc nécessaire de trouver rapidement une solution à cet assèchement. C’est donc dans ces conditions critiques que la construction d’une station de dessalement d’eau de mer d’Agadir fût initiée et ouverte par le département de l’Agriculture en juillet 2018 : il est déterminant dans la préservation des activités économiques implantées dans la région et les millions d’emplois qu’elles génèrent.

Ce chantier d’envergure, premier du genre en Afrique, se veut offrir une nouvelle alternative en matière de ressources en eau. Doté d’une enveloppe budgétaire de 4,4 milliards de DHs, c’est aussi un modèle de partenariat public-privé et le fruit d’un processus de coopération entre le département de l’Agriculture et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable pour mutualiser les moyens fonciers et infrastructures. Le chantier se situe au niveau du douar de Douira, soit environ 30km au sud d’Agadir. Sur le plan technique, les responsables du dossier à l’ORMVA Souss Massa précisent que «le projet consistera en la mise en place des meilleurs procédés, technologies (technologie d’osmose inverse) et équipements existants actuellement dans le domaine du dessalement de l’eau de mer et de la distribution de l’eau». Dans un communiqué relatif au chantier, ils indiquent que le projet comprend la réalisation de plusieurs ouvrages : deux prises dans l’océan qui amèneront l’eau de mer dans un bassin de captage, à partir duquel sera pompée, après prétraitement, vers la station de dessalement. Il est aussi programmé un réseau de conduites enterrées avec ouvrage annexe pour l’irrigation dans la zone de Chtouka.

Lors du déplacement du roi Mohammed VI dans la région de Souss-Massa en février 2020, ce dernier lance un programme de développement d’Agadir avec un investissement de 6 milliards de DHs. Il désire faire de la ville d’Agadir un pôle attractif. Par la même occasion, il inaugure le lancement des travaux du réseau d’irrigation et y apporte un soutien budgétaire.

En possédant la plus grande centrale solaire au monde, le Maroc montre son soutien apparent pour la cause écologique. Et pourtant, la création d’une unité de dessalement d’une telle envergure rejettera de beaucoup de saumure, polluant ainsi l’océan atlantique. Le ministère de l’Agriculture a donc cherché à réduire au maximum leur impact environnemental : pour cela, l’usine de dessalement fonctionnera entièrement avec de l’électricité d’un parc éolien situé à quelques kilomètres au sud.

Les Gardiens de l'Atlas Logo
609.png

Les Gardiens de l’Atlas est une communauté, composée exclusivement de Lycéens d’horizons diverses et ayant pour point commun leur envie d’oeuvrer à la création d’un Monde meilleur. 

Abonnez-vous à notre Newsletter

Pour être au courant de tous nos derniers événements, projets et recherches.

Suivez-nous

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon