L'Albatros des Galápagos

Nouha Alami Ouali

17 Avril, 2020

AGADIR, Maroc – L'Albatros des Galápagos est une espèce d'albatros, la seule à vivre en zone tropicale.

Selon l'UICN, les études les plus récentes estiment le déclin de la population d'albatros des Galápagos à 2,3% par an depuis 1994 et à 6,3% par an à partir de 2007. L'UICN a répondu à cette baisse rapide des effectifs en plaçant l'espèce dans la catégorie «en danger critique d'extinction». L’albatros des Galápagos est particulièrement menacé par les activités humaines et plus particulièrement par les techniques de pêche industrielle. 

Au cours des dernières décennies, leur mortalité liée aux captures accidentelles a  dramatiquement augmenté, notamment du fait de l’utilisation des filets à longue traine : ces derniers peuvent mesurer plusieurs dizaines de kilomètres et sont ornés de centaines d’appâts. Les albatros des Galápagos tentent de les avaler, ne peuvent plus se séparer de l’hameçon et meurent noyés, traînés par les bateaux. Il a par ailleurs été montré que les mâles sont plus souvent capturés que les femelles, ce qui engendre un déséquilibre du ratio mâle-femelle de l’espèce. 

Si les filets occasionnent des captures accidentelles, certains pêcheurs admettent également qu’il leur arrive de cibler volontairement l’albatros des Galápagos pour pouvoir en consommer la viande. Une étude publiée en 2016 évoque ainsi le cas des habitants de Salaverry, au Pérou : sur 32 pêcheurs interrogés, 10 ont répondu qu’ils mangeaient « régulièrement » de l’albatros. 

Cependant plusieurs mesures ont été instaurées afin d’assurer la conservation de l’espèce. La première d’entre elles est l’interdiction des filets de longue traine dans la réserve marine des Galápagos, soit une surface de 133 000 km² autour de l’archipel. Des captures accidentelles liées à la pêche artisanale restent possibles mais sont plus rares. Un accord international est également entré en vigueur en 2004 : l’ACAP, ou Accord pour la conservation des albatros et des pétrels. Treize pays en font partie, dont l’Equateur, le Pérou ou encore la France. En 2008, un rapport spécifiquement dédié à l’albatros des Galápagos a vu le jour grâce à l’ACAP : ce dernier recommande d’effectuer de très nombreuses actions, parmi lesquelles effectuer des recherches concernant l’espèce, développer des programmes de suivi des populations, favoriser l’implication des pêcheurs (qu’ils pratiquent des techniques artisanales ou industrielles) dans les opérations de conservation, sensibiliser les populations locales…

Les Gardiens de l'Atlas Logo
609.png

Les Gardiens de l’Atlas est une communauté, composée exclusivement de Lycéens d’horizons diverses et ayant pour point commun leur envie d’oeuvrer à la création d’un Monde meilleur. 

Abonnez-vous à notre Newsletter

Pour être au courant de tous nos derniers événements, projets et recherches.

Suivez-nous

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon